Albert Roche, premier soldat de France, oublié de la première guerre mondiale entre Drôme et Vaucluse

Sorgues, France

A Sorgues, l’arrière petit fils d’Albert Roche conserve précieusement dans une petite boite les médailles de son aïeul, celui que le maréchal Foch avait présenté à la foule en novembre 1918 à Strasbourg « le maréchal dit: voici votre sauveur, le premier soldat de France, le soldat Albert Roche. » Pour l’arrière petit fils, « c’est exceptionnel! Personne ne voulait croire qu’un soldat de première classe avait des états de service aussi brillant. »

Soldat exceptionnel distingué par le maréchal Foch

Albert Roche était un jeune cultivateur originaire de Réauville (Drôme). Avant de s’installer brièvement à Valréas puis à Sorgues, le soldat Albert Roche avait été blessé à neuf reprises au combat et avait multiplié les actes de bravoure au sein de son bataillon de chasseurs alpins. Albert Roche avait jeté des grenades dans le tuyau du poêle allumé par les allemands. Albert Roche avait capturé huit prisonniers et les mitrailleuses ennemies.

Albert Roche avait aussi habilement trompé l’ennemi lorsque sa section avait été décimée par les tirs allemands. Albert Roche recharge les armes de ses camarades décédés et court de l’un à l’autre pour tirer. Le stratagème dupe l’ennemi qui bat en retraite.



Pourtant Albert Roche « n’était même pas censé partir au front » explique son arrière petit fils, Tommy Falchero. « Albert Roche a déserté car la punition de la désertion était d’être envoyé au front. Il en reviendra avec « sept citations, les décorations d’officier de la légion d’honneur et la Croix de Guerre ». Tommy Falchero conserve précieusement ces médailles et quelques photos dans une petite boite à Sorgues. 

Escorte du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe puis fauché par une voiture à Sorgues

Albert Roche a aussi escorté le soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. Tommy Falchero souligne que le soldat est ainsi « rattaché à des symboles que tout le monde connait… mais paradoxalement, on a oublié les hommes autour du soldat inconnu ». Cantonnier à Valréas puis  pompier à la poudrerie de Sorgues, Albert Roche plonge dans l’anonymat : « le premiers soldat de France n’est plus qu’un simple pompier » souligne son descendant. La presse de 1939 publie quelques articles avant 70 ans d’oubli. Tommy Falchero estime qu’Albert Roche « n’aurait pas aimé être projeté sur le devant de scène. Nous devons rester humble nous aussi par respect de ses camarades ».  Tommy Falchero regrette que la maison familiale ait été détruite sous les bombardements de la deuxième guerre mondiale car les lettres du premier soldat de France ont disparu. De nombreux personnages sur les photos restent inconnus. Tommy Falchero cherche ainsi à identifier les soldats assis à côté des son arrière-grand père. 

Une plaque dans un parc salue la mémoire d’Albert Roche. A Réauville, une statue de son buste est face à sa maison natale. La commune de la Drôme accueillera un bataillon de chasseurs alpins le 25 novembre pour une cérémonie militaire.

Albert Roche (deuxième en partant de la gauche) était le premier soldat de France pour le maréchal Foch - Aucun(e)
Albert Roche (deuxième en partant de la gauche) était le premier soldat de France pour le maréchal FochTommy Falchero
Albert Roche à la une de Paris Soir le 16 avril 1939 - Aucun(e)
Albert Roche à la une de Paris Soir le 16 avril 1939Gallica

Posté depuis https://www.francebleu.fr/infos/societe/albert-roche-premier-soldat-de-france-oublie-de-la-premiere-guerre-mondiale-entre-drome-et-vaucluse-1541607155#xtor=RSS-118

Laisser un commentaire